Participations | Dan Monah: Sources salées, centres de recristallisation du sel, centres rituels d’échanges avec les populations steppiques

Dan Monah

Sources salées, centres de recristallisation du sel, centres rituels d’échanges avec les populations steppiques.

Second Arheoinvest Symposium – From the Ethno-archaeology to the Anthropology of Salt, 20-21 April 2012, Iași, Romania

Dans les Soucarpates de la Moldavie on a découvert plusieurs centres d’exploitation du sel des sources salées. Les dépôts archéologiques situés dans la proximité des sources signalent une intense exploitation du sel par recristallisation pendant le néolithique et le chalcolithique. L’exploitation du sel des sources des Souscarpates s’intensifie à partir de la phase Cucuteni A, phase à la fin de laquelle apparaissent les premiers fragments de briquettes. Les briquettes de sel de la culture Cucuteni avaient une forme conique et un poids d’environ 1,5 kg et étaient de façon évidente des biens de prestige destinés aux échanges entre les communautés. De façon surprenante, dans les dépôts Cucuteni trouvés près des sources salées, on a découvert des quantités importantes de céramique Cucuteni C, attribuée généralement aux populations des steppes du Nord de la Mer Noire. A Solca et à Cacica, la céramique Cucuteni C représente environ 40 % de la quantité totale de céramique, à Lunca-Poiana Slatinii, 33%, tandis que dans les habitats contemporains des Souscarpates elle ne représente qu’un procent. Outre la céramique Cucuteni C on a remarqué aussi de nombreux fragments de vases Cucuteni de bonne, peints. L’auteur essaie d’expliquer cette situation inattendue à travers l’organisation d’expéditions d’approvisionnement en briquettes de sel par les populations steppiques. Pour appuyer cette hypothèse, l’auteur invoque certaines analogies ethnographiques avec la Nouvelle-Guinée, où le groupe linguistique Dani de l’Ouest organise de telles expéditions pour procurer le sel et la pierre. La pratique en commun de la recristallisation et du briquettage du sel par les cucuténiens et les populations steppiques offrait probablement l’occasion d’échanges complexes de dons, connus sous le nom de potlatch.